Merzak Allouache est cette année notre invité d’honneur. Incarnant la naissance d’un nouveau cinéma algérien avec Omar Gatlato dans les années 1970, il n’a jamais cessé de filmer, avec acuité et tendresse, la vie de ses concitoyens, en Algérie, et aussi en France. Hassen Ferhani et Nabil Djedouani, qui sont à l’initiative de cet hommage, ont choisi cinq de ses films qui seront projetés au Mucem. Ces films, s’il ne peuvent restituer la palette entière du talent du cinéaste (il a réalisé plus de 20 longs métrages), donnent bien la mesure de son oeuvre, avec un engagement qui, malgré sa décision de résider en France, ne s’est jamais relâché : pour sa ville, Alger, avec des films dont les héros sont d’abord les jeunes, malmenés par l’histoire, et les femmes, héroïnes infatigables de la défense de la démocratie depuis la guerre d’indépendance. Des films où Omar Gatlato, premier héros réaliste du cinéma algérien, n’a semble-t-il, jusqu’à aujourd’hui, pas encore résolu l’équation du bonheur attendu….
Précurseur d’une génération de cinéastes algériens, Merzak Allouache dialoguera avec eux, et avec nous, pour parler de cinéma, le sien, le leur, à la suite des projections et lors d’une Masterclass qui clôturera cette rétrospective, à la Fabulerie.

En complément de notre programme, retrouvez Les Cahiers d’Aflam